FB ICORN
Coin littéraire
Obrazi miru

Ob 50. obletnici Blejskih srečanj smo izdali izbor pesmi članov svetovnih centrov PEN, ki se redno udeležujejo naših srečanj. Knjižica je čudovit pogled nazaj in popotnica za naprej.

Drugačnost bogati

DRUGAČNOST BOGATI: GLOBINE MORJA

Globina drugačnosti je neskončna. Če bi jo poskušali oceniti, je tako, kakor če bi hoteli prešteti in primerjati vse kapljice vode v morju. Nemogoče. In prav kapljice lahko kljub svoji raznolikosti in zaradi trdne povezanosti tvorijo morja in oceane.

Sovražni govor je vojna napoved

SOVRAŽNI GOVOR JE VOJNA NAPOVED

 

 

Če bi se že v uvodu dotaknila starega slovenskega pregovora Beseda ni konj, bi kaj hitro razbila pomen in realnost tega pregovora. Besede lahko strejo močen oklep in razbijejo še tako trdno grajen zid posameznikove  samopodobe. Povzročijo lahko boleče rane, po katerih je zdravljenje še zahtevnejše. Pogosto se zarijejo v našo notranjost in tam ostanejo za veliko časa, do takrat ko smo pač pripravljeni iti naprej. Velikokrat se pretvarjamo, da ne bolijo, vendar imajo besede moč, predvsem zato, ker jim slepo verjamemo ali pa se bojimo, da jim bodo verjeli drugi.

Drugačnost bogati

Drugačnost bogati

 

Drugačnost je del našega vsakdana in del vsakega od nas. Čeprav to pogosto želimo prikriti, da bi zadovoljili našo potrebo po pripadnosti, smo drugačni čisto vsi. Večino svojega življenja mislim, da je drugačnost slaba in manjvredna. Hvala, zloglasni mediji!

 
Sovražni govor je vojna napoved

Sovražni govor je vojna napoved

 

Tišina. Nemočno vstanem, da ne bom drugačna, da ne bom izstopala, da ne bom predrzna.

 

»Jutro!« vpeljano prečesa razred učitelj zgodovine. Razvaljenih obrazov za klopmi ne spregleda. »Druga svetovna vojna!« še enkrat, tokrat z dvakratno mero entuziazma, maha pred tablo, a še vseeno premalo zanimivo, da bi me pritegnil.

 

Skoraj neopazno pogledam skozi okno. V daljavi takoj opazim nevihto. Čudno – ko pa je še včeraj pripekalo sonce.

 
SARAJEVO

v knjižnici že dva tisoč let knjige načrti
v plamenih liste odnaša iz spomina veter
črke in strani zleplja kri v otrplih prstih

 

Veno Taufer: VUKVAR

I had an apparition of Vukovar and I took a walk for a few
    streets -
around the block - with my hands frozen - up to the tobacco shop
and on returning I thought so that's the way they used

Calendrier
No Events!
A A  

44è Rencontre internationale d'écrivains

Bled, 16 - 20 mai 2012


Tables rondes:

1. Transformation - nouvelles avancées ou recul de la civilisation rationnaliste

2. Modernité éternelle

3. Le partage - chemin vers la paix



77 CONGRES DU PEN INTERNATIONAL A BELGRADE, SERBIE le 13 Septembre 2011

DISCOURS D'OUVERTURE DE JOHN RALSTON SAUL, PRESIDENT DU PEN INTERNATIONAL

 


Tous mes remerciements au PEN de Serbie! Je vous remercie, Vida, et je remercie aussi tous les membres de votre Centre. Vous avez organisé un congrès splendide. Ceux qui y participent ne se rendent pas vraiment compte de la quantité de travail que cela implique et combien d'heures il faut donner, des heures qui auraient pu être consacrées à l'écriture. Je vous manifeste donc ma reconnaissance la plus personnelle qui soit, de la part de tous ceux qui sont venus d'autres pays.

Quand nous disons  – nous les membres du PEN International – que nous sommes l’évocation de la littérature et de la liberté de l’expression, et que les deux ne se séparent pas  –  c’est une simple déclaration des faits.
C’est notre 90ème année. Nous sommes – nous avons toujours été – la seul organisation véritablement internationale de la littérature. Nous avons inventé l’idée et la réalité des campagnes pour la liberté d’expression.
Quelquefois il faut répéter l’évident. Il y en a des gouvernements, des pouvoirs - ceux que George Konrad, un de nos anciens présidents, appelle ‘’les professionnels du pouvoir’’, qui disent : Ah, ce ne sont que des écrivains, que des mots. Et c’est vrai, nous n’avons pas de chars ou de banques ou le pouvoir de porter un déficit gigantesque ou un grand bureaucracy. Mais si nous sommes que des écrivains, pourquoi est-ce que quelques 850 de nos collègues sont en prison autour du monde ? Pourquoi est-ce que on tue des écrivains avec une régularité terrifiante ? Nous avons ce grand pouvoir qui est celui de la langue et de l’imagination – à travers les poèmes, le théâtre, les romans, les essais – qui libère l’esprit des lecteurs. C’est avec des mots de l’imagination que l’individu travaille.
Hier, on m'a demandé, avec justesse, quelle différence est-ce que cela ferait que des écrivains venus de 89 Centres PEN différents soient rassemblés à Belgrade. C'est une bonne question.
La première réponse est que ce Congrès est l'expression publique d'une réconciliation. Les écrivains des Balkans n'ont bien sûr jamais cessé de se parler. Mais ce Congrès est une évocation formelle de l'imagination des Balkans.
Aujourd'hui, les dirigeants de dix centres PEN des Balkans étaient assis ensemble sur une scène et ont créé le Réseau PEN International des Balkans. Les membres fondateurs sont les PEN de Bosnie, de Bulgarie, de Croatie, du Kosovo, de Macédoine, du Monténégro, de Roumanie, de Serbie, de Slovénie et de Turquie. C'est un événement historique. C'est un message au monde entier.
Deuxièmement, la réunion de centaines d'écrivains de partout dans le monde est importante parce que c'est une force en faveur de l'imagination et de la transparence. Notre charte est claire. Nous croyons en une liberté d'expression sans limites. Mais nous croyons aussi que, quelles que soient la controverse et la difficulté que nos mots peuvent occasionner, leur but ultime est de rassembler les êtres humains. Le grand écrivain Serbe-Canadien, David Albahari, a justement écrit que 'la connaissance ne peut jamais rattraper le pouvoir de l'ignorance.' C'est bien vrai. Mais l'imagination, elle, le peut. L'imagination peut bondir par-dessus l'ignorance. Permettez-moi de vous donner un exemple: quand un journaliste radiophonique qui est virtuellement inconnu est tué au Mexique – le pays le plus dangereux au monde pour un écrivain de nos jours – il laisse derrière lui, dans les mots d'Ivo Andric, 'un souvenir plus clair et plus permanent que celui de bien d'autres victimes plus importantes'.
Cette année, notre ancien président Mario Vargas Llosa a reçu le Prix Nobel pour la littérature. Et le président fondateur de notre Centre PEN chinois indépendant, Liu Xiaobo, a reçu le Prix Nobel pour la paix. Deux hommes courageux. Deux maîtres de l'imagination. L'un des deux reste pourtant injustement en prison. Et plusieurs de nos centres ont joué un rôle crucial dans ce qu'il est convenu d'appeler le Printemps arabe. Dans certains cas, ils sont très actifs dans la reconstruction de la société civile de leur pays.
Au cœur de ce que nous faisons, il y a ceci: l'imagination et la transparence que l'imagination crée, et l'acceptation de la complexité – tout cela se trouve au-dessus de la politique ou en-dessous de la politique. C'est tout sauf de la politique. Dans une société qui ne possède pas cette démocratie de l'esprit il devient possible que les mensonges prennent place comme s'ils étaient un langage. Et comme le dit Danilo Kiš: 'quand tout le monde ment, personne ne ment.'
Notre affaire, c'est la mémoire, une mémoire qui ne s'oppose pas aux gens, qui ne dresse pas les uns contre les autres. Nous représentons une idée ouverte sur la manière pour les humains de vivre les uns avec les autres.
Ceci est le 77e Congrès. Le Congrès de Dubrovnik en 1933 a été organisé par ce centre. Ce fut un moment complexe mais historique pour PEN. On faisait alors face à la montée de l'autoritarisme, même à l'intérieur de nos propres centres. Les divisions de la société européenne étaient devenues les divisions du PEN. Notre président, un grand écrivain, H.G. Wells, mais aussi un antisémite avec des opinions publiques confuses, s'est vu saisi dans une atmosphère de divisions impossibles. Mais quelle qu'ait été la confusion du moment, Wells et les délégués ont quand même trouvé le moyen de défendre l'imagination et la transparence, s'élevant donc contre l'autoritarisme.
En 1933, nous avons trouvé un cadre moral – bien avant que les gouvernements ne prennent position. Et à tous les Congrès PEN depuis 1933, ce cadre moral se maintient comme jauge de ce que nous accomplissons. J'aime croire qu'en dirigeant avec sagesse le congrès de Dubrovnik Wells en est arrivé à trouver sa propre voie vers une compréhension de la morale propre au PEN. Ce fut un moment élevé pour lui et pour PEN.
Il s'en trouve toujours pour croire que les écrivains et les écrivaines peuvent être arrachés de leur indépendance sur la place publique. Je crois que les prochaines années vont être difficiles. Il y a de nombreuses forces négatives et puissantes en présence. Mais la signification de PEN est simple. La force morale en notre cœur est l'indépendance de notre imagination et de notre créativité. Et nous savons bien de quoi il s'agit puisque depuis 90 ans nous avons défendu cette indépendance.

Hvala!



Manifeste du Comité des Écrivains pour la Paix, adopté au 79ème Congrès du PEN international à Reykjavik, septembre 2013
Manifeste de Bled
PEN International est une organisation mondiale d’écrivains artisans d’une culture de la Paix fondée sur la liberté d’expression, le dialogue et l’échange, consacrée à la diversité linguistique et culturelle et soucieuse de la vitalité des cultures et des langues, qu’elles soient parlées par beaucoup ou peu de gens. Les écrivains du PEN international sont aussi conscients de la liaison fondamentale qui les lie de façon individuelle et communautaire à la nature. Celle-ci n’est pas seulement la base de leur survie mais aussi la source de leur inspiration. Dans cet esprit, PEN est engagé à travers son Comité des écrivains pour la Paix, dans des questions vitales concernant les problèmes qui peuvent conduire à des conflits ou à des situations où les personnes ou les peuples cherchent de nouvelles voies pour vivre ensemble. Le Comité des Écrivains pour la Paix du PEN International a donc approuvé un Manifeste, fondé sur la Déclaration de Lugano pour la Paix et la Liberté de 1987, sur l’Appel de Linz de 2009 contre la dégradation de l’environnement et sur la Déclaration de Belgrade de 2011 qui privilégie le dialogue comme chemin vers la paix. 1. Les membres du PEN élaborent l’idée d’une citoyenneté qui réunirait les peuples du monde, à travers la littérature et les débats parmi les écrivains et avec le grand public.2. Ils considèrent qu’une des missions principales du PEN est de faciliter et promouvoir les discussions et le dialogue entre écrivains de pays en conflits ou de régions du monde dans lesquelles des plaies sont ouvertes alors que les volontés politiques soit refusent de les soigner, soit en sont incapables. 3. Ils érigent en valeur première la liberté d’expression et de création sous toutes ses formes, à condition qu’elle s’exerce dans le respect de soi-même et des autres. Cela correspond aux droits humains fondamentaux formulés dans la Déclaration Universelle de 1948 ratifiée par les Nations-Unies. 4. Les membres du PEN pensent que l’environnement doit être respecté, conformément aux Déclarations de Rio de 1992 et de 2012, même si ce n'est pas explicitement mentionné dans leurs œuvres. La nature, les civilisations, la planète sont menacées. C’est pourquoi ils condamnent à la fois les excès de la technologie et la spéculation financière qui contribue à appauvrir une grande partie de la population mondiale.  5. Les membres du PEN estiment que le plus grand défi aujourd’hui consiste à passer des situations extrêmes de violence au débat et au dialogue. Ils entendent être des participants actifs dans ce processus. En dernier recours, PEN en appellera au droit et aux instances internationales. 6. Il est primordial de s’engager constamment à créer les conditions de possibilité qui permettraient l’arrêt des conflits, puisque la liberté ne peut pas exister sans la paix ni la paix sans la liberté ni sans justice sociale et politique.7. PEN affrontera toujours l’injustice et la violence partout où il y a oppression, colonisation, occupation illégale et terrorisme. Il respectera et défendra la dignité de tous les individus. 8. Dans l’intérêt de la liberté d’expression et de la justice tout individu ou groupe impliqués dans un conflit pourront présenter aux instances internationales des pétitions.  9. Les enfants partout dans le monde ont le droit de recevoir dans les programmes scolaires une éducation pour la paix. PEN s’engagera activement à son application. 10. Le droit à la paix doit être reconnu par les Nations Unies comme un des droits humains fondamentaux.
Plus ...